Home / POLITIQUE / Voici pourquoi le MRC ne participe pas aux élections législatives et municipales de 2020

Voici pourquoi le MRC ne participe pas aux élections législatives et municipales de 2020

Nous savons déjà que le Pr Maurice Kamto est, probablement, le politicien le plus incohérent de toute l’histoire du Cameroun.

Cependant, depuis deux semaines, deux éléments montraient déjà qu’il était sur le point d’annuler la participation de son parti à ce double scrutin : les déclarations irréalistes des candidats non préparés et la convocation du directoire le 22 novembre aux fins d’investiture alors que le délai limite de dépôt des dossiers à ELECAM était le 25.

Le 25 était un lundi. Et le 22 un vendredi. Or, le vendredi beaucoup se plaignait de n’avoir pas fini de monter leur dossier. Donc logiquement, tout a été fait à dessein par Kamto pour montrer qu’il roulait les camerounais y compris dans son propre camp. Nous participons. Puis, nous ne participons pas.

Juste avant l’élection présidentielle d’octobre 2018, Maurice Kamto avait rencontré le chef Sokoudjou, Roi des Bamendjou pour prendre la seule Bénédiction d’un de nos seuls dignitaires traditionnelles encore lucide. Ce dernier lui avait demandé de ne pas aller aux élections présidentielles tant que certains préalables ne sont pas résolus.

Comme d’habitude, Kamto n’avait pas écouté. Et on connaît la suite. Serait-il entrain de revenir sur les propositions du Roi? De toutes les façons, tout camerounais cohérent aura du mal à comprendre la décision du MRC. Même si les raisons avancées sont salutaires, ça reste un gros coup que le parti aura du mal à avaler. Voici les raisons fondamentales de cette décision.

1- le MRC s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas présenter des candidats compétents sur l’étendue nationale. On commençait à rire à l’idée de voir entrer dans les conseils municipaux et à l’assemblée nationale, des camerounais qui ont pour principales expertises, l’injure et la haine. Kamto a vu qu’il ne valait pas la peine de présenter aux élections, des camerounais irrespectueux et du déshonneur. Ainsi, une quelconque bataille devrait décrédibiliser son combat de « Président élu ». Car c’est bien sur cet argument que ce parti continue de respirer.

Avec le maintien de Mamadou Mota en prison, les liens forts que ce dernier avait commencé à tisser dans le septentrion s’estompent peu à peu. Le parti a également été très affaibli au Sud, à l’Est et au Centre par la montée du tribalisme. Il ne s’agit pas ici de savoir si c’est avéré ou pas. Mais le citoyen lambda ne se pose pas de telles questions. Dans un tissu social faible miné par l’ethnie, le MRC avait besoin de jouer la carte de l’acalmie et non de la victime.

2- La participation du SDF au scrutin.

Ces arguments ont été plus renforcés par la décision in-extremis du SDF de ne pas accepter sa défaite sans competir. Cette décision du SDF a profondément modifié le cahier de charge du MRC qui, qu’on le veuille ou pas, continue de courir derrière le titre de meilleur parti politique d’opposition.

Le chairman, Ni John Fru Ndi a voulu se décrédibiliser officiellement des ambazoniens. Ensuite, il a misé sur ses relations cordiales avec les autorités de Yaoundé. Le MRC a trouvé que c’était un jeu risqué de rivaliser aux élections locales le SDF. Surtout qu’il s’agit d’une élection où la grand mère vote pour le petit fils qu’en déplaise.

3- L’arrestation de Maurice Kamto a fragilisé le parti.

Les gens ne se rendent pas vite compte. Mais Kamto et ses principaux alliés et leaders ont quand même fait 7 mois en prison. Dans un pays où tout est à refaire, le MRC avait besoin de plus de temps pour se concentrer sur les prochaines échéances électorales. Par exemple, pendant que Kamto était en prison, il y a une séance ordinaire au parlement et une session extraordinaire. Il y a également un grand dialogue national qu’ils ont essayé de saper malgré eux. De toutes ces rencontres, il n’y a eu aucun projet de loi portant sur la révision du code électoral. Jamais il n’a été question de la vie politique.

Comment vouloir donc changer les choses si on n’est pas là pour le réclamer? En fait, cela a été fait à dessein. Atanga Nji a orienté, malgré lui, le combat du MRC vers ce qui les semblait plus important « le holp up électorale ». Malheureusement, un tel choix les a poussés loin de ce qui était important pour le peuple camerounais « la réforme du système électoral ».

Les conséquences de cette décision du MRC sont connues !

1- la naissance d’une nouvelle formation politique plus ambitieuse et mieux organisée. Sinon,

2- Dans les prochains jours, le MRC espère organiser des marches pour déstabiliser les institutions étatiques.

3- le MRC espère gagner la sympathie des ambazoniens afin de nouer de nouveaux affronts.

César Tchoffo

Facebook Comments

About Lewouri Info

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Joseph Antoine Bell : « je ne crois pas que le Ballon d’Or soit réservé, de nos jours, à une race… »

L’ancien lion indomptable vient de faire cette déclaration sur son compte Facebook. Le magazine France …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *