Home / IDEES / Selon Vincent-Sosthène Fouda, l’appel au dialogue ne peut pas constituer à lui seul une solution aux problèmes de notre pays

Selon Vincent-Sosthène Fouda, l’appel au dialogue ne peut pas constituer à lui seul une solution aux problèmes de notre pays

C’est la substance d’un communiqué parvenu à notre rédaction. Lewouri.info, vous livre ici en exclusivité, la sortie du président du Mouvement Camerounais Pour la Social-Démocratie.

 

Comme tout leader politique qui espère encore en l’avenir de notre pays le Cameroun, j’ai écouté l’adresse du Président de la République à la Nation. Cette adresse était attendu pas seulement par les hommes politiques que nous sommes mais par tous les camerounais dans l’ensemble du territoire national et dans la diaspora. La situation sécuritaire dans notre pays est désastreuse et affecte à la fois le vivre-ensemble et la situation politique du pays.

 

Nous tenons en premier à saluer la convocation par le Chef de l’État d’un grand dialogue national sur la situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. C’est ce à quoi nous n’avons cessé depuis 3 ans de l’y inviter. Maintenant, les orientations données par le Chef de l’État, le récit qu’il fait de la genèse du conflit nous ont montré un Président de la République pris dans l’étau de l’usure du pouvoir, coupé des réalités de souffrances de la grande majorité de la population camerounaise. Il a joué au marchand de sable de « Bonne Nuit les Petits ». Il a parlé à un peuple dans l’obscurité, plus de 67% de ceux qui avaient la capacité et les moyens de suivre son message n’ont pas pu le faire à cause des délestages ! Il s’est adressé à un peuple qui n’a pas d’eau et qui connaît tous les jours et de plus en plus des fins de mois difficiles. A ces difficultés viennent donc s’ajouter la partition du pays entre les zones anglophones et les zones francophones avec tout ce que cela entraîne.

La situation actuelle appelle le Chef de l’État à ne pas à nouveau s’enfermer dans un bilan qui ignore le passif et la responsabilité de ses différentes équipes gouvernementales successives depuis son arrivée au pouvoir le 6 novembre 1982 dans le pourrissement de la situation actuelle.

Il est à déplorer que le Chef de L’État ait consacré 18 minutes de son intervention à son bilan, au travail de ses gouvernements alors même que si nous avons des problèmes du vivre-ensemble aujourd’hui, c’est justement parce que ces gouvernements ont failli en matière d’unité, de stabilité et de développement. Il ne suffit pas de créer des structures ni de faire des discours pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent dans notre pays. Le président de la République peut-il faire le bilan du fonctionnement d’une structure comme la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et Pour le Multiculturalisme ? Comment peut-il parler de désarmement sans dialogue préalable ? Le Président de la République a oublié que la politique n’est pas un sport, elle n’est pas une équipe contre une autre parce que nous sommes tous, le peuple du Cameroun et nous sommes cette Nation à construire. Les malvoyants comme les bien-pensants, les ouvriers comme les agriculteurs, les seniors comme les plus jeunes d’entre nous avec leur vigueur. Un peuple en crise d’idéal comme le nôtre ne peut s’en sortir s’il ne rassemble pas ses forces, toutes les forces disponibles, celles qui doivent lui permettre d’avancer.

Tout ceci est pour moi indispensable au moment où sommes et ce sont des préalables au dialogue auquel nous sommes conviés. Oui l’unité est la seule vertu qui permettra au bateau d’affronter les vagues de la misère et de l’absence d’idéal pour enfin nous hisser au rang de Nation qui se développe sans laisser un seul de ses enfants sur le carreau. Alors oui au dialogue, oui au Cameroun un et indivisible mais avec des hommes nouveaux parce que nous devons sentir un changement paradigmatique. Comment nous retrouver autour d’une table avec ceux et celles qui hier ont dit que la solution à la crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est militaire quand nous nous proposions autre chose ? l’insatisfaction monte, le peuple sans eau et sans électricité meurt de faim et gronde aux portes de sa riche demeure. C’est tout cela qui doit nous rassembler et la crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’est qu’un épiphénomène de l’état général du pays.

 

 

Une correspondance particulière du Prof, Vincent-Sosthène Fouda

 

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Contact: 000 237 698 11 70 14

 

Facebook Comments

About Lewouri Info

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Père Lado : « C’est au peuple camerounais que Paul Biya doit rendre compte, pas à Macron »

L’actualité camerounaise de cette semaine a été marquée, entre autres, par le voyage du chef …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *