Home / PRESIDENTIELLE 2018 / Ndam Njoya, est le candidat de la paix qui offre sa longue expérience

Ndam Njoya, est le candidat de la paix qui offre sa longue expérience

Le vétéran de l’opposition républicaine revient au créneau comme un chevalier solitaire, un guide spirituel, un artisan de la paix qui incarne des valeurs sûres à l’instar de: la transparence, la rigueur, le mérite, la patience et surtout le pardon qui viennent à point nommé rassurer le peuple Camerounais installé confortablement malgré lui dans l’impasse.

Enseignant d’université, puis diplomate, ensuite Ministre de la nation, député et maire, le Dr. Adamou Ndam Njoya est le parangon d’homme politique qui fait rêver les nations dynamiques en Afrique de par son bilan riche d’enseignements pour le continent et au delà.

Sur la scène nationale, le leader de L’UDC inspire la confiance au sein de toute la classe politique. Il arrive sur la scène politique Camerounaise durant les années de braise comme président de la coordination des partis d’opposition. Au peak des “villes mortes” où le Cameroun risquait de plonger dans “une guerre civile” orchestrée par l’intransigeance du régime RDPC face à une opposition revendiquant une “Conférence Nationale Souveraine”, ce stratège politique accepta de participer aux “rencontres tripartites” aux côtés du 1er Ministre Sadou Ayatou. C’est de ces assises que l’opposition Camerounaise arracha des concessions importantes du gouvernement. La révision de la constitution de 1996 prévoyait: (1) la limitation des mandats présidentiels à 2 seulement, (2) le régime de déclaration des biens à chaque mandat électif pour éviter le détournement des fonds publics, (3) le décentralisation, (4) le mise sur pieds d’un sénat, d’une cours constitutionnelle et de la cours des comptes. C’était donc une avancée à nulle autre pareille obtenue grâce à la TRIPARTITE dont les conclusions n’ont jamais été rendues publiques à cause du Ministre de la communication, le Pr. Kontchou dit “zéro mort”!

Aux côtés donc du SDF de NI JOHN FRU, L’UDC du Dr. Adamou Ndam Njoya boycotte les élections législatives de 1992, puis les élections présidentielles de 1997 pour exiger une Commission Électorale Nationale Indépendante pour s’assurer de la transparence des élections. Trahis par leurs camarades de l’opposition comme Augustin Frédéric Koddock de l’UPC, Hogbe Lend, Bello Bouba, Diakole Diassala, Antar Gassagay, Gustave Essaka, Hameni Bieleu, etc, L’UDC et le SDF parvinrent néanmoins à obtenir l’ONEL transformé plupart en ELECAM.

En 2004, avec beaucoup de patience, le Dr. Adamou Ndam Njoya réussit à prendre les commandes de la coalition de l’opposition, malheureusement, le leader du SDF, NI JOHN FRU NDI a poignardé cette coalition en plein envol en décidant d’aller en solo aux élections. Le régime RDPC en profita pour s’autoproclamer vainqueur à plus de 80%, s’appuyant sur l’absence de la coalition comme prétexte pour légitimer le hold up electoral.

En 2011, L’UDC soucieux de ne pas revivre les mêmes déceptions se présente aux élections présidentielles sans aucune coalition, le régime RDPC comme en 2004 exploite encore le faux prétexte de la coalition pour procéder à un autre hold up electoral lui donnant vainqueur aux dépens de l’opposition infiltrée, divisée et fragilisée.

C’est dans cette mouvance que le leader de l’UDC propose à ses collègues de l’opposition de se réunir autour d’un PACTE RÉPUBLICAIN pour mutualiser leurs efforts comme une équipe pour arriver en 2018 avec un code électoral juste et équitable qui donne à l’opposition les garanties de transparence électorale. Malheureusement les signataires de ce pacte républicain ont préféré plutôt rejoindre soit le camp présidentiel ou d’autres formations politiques. Ces multiples efforts de regroupement des forces de l’opposition par le Dr. Adamou Ndam Njoya démontre sa constance dans la lutte en faveur du changement véritable.

Le leader de l’UDC revient à la charge en 2018, cette fois plus aguerri. Maire de la ville de Foumban depuis 1996, le rêve de ce leader politique est de réconcilier notre pays avec lui même à travers les réformes de nos institutions qui donnent une chance à la paix. Il rassure au passage les Camerounais que 2018 ne sera plus une occasion manquée. Très préoccupé par la crise anglophone qui va de mal en pis, le père de la nouvelle éthique républicaine estime que la réforme de nos institutions qui intègre le fédéralisme serait un début de solution à cette crise. C’est sa ferme conviction qu’un dialogue national inclusif autour de la réforme constitutionnelle après les élections apporterons une voie de sortie de crise. Très discret mais assidu dans sa lutte, le leader de L’UDC consulte aussi à l’intérieur comme à l’extérieur du pays pour trouver les voies et moyens pour traduire son rêve de changement en une réalité bénéfique à tout le peuple Camerounais. Il demande au peuple Camerounais de se mobiliser et de voter massivement pour l’offre politique de L’UDC pour l’accompagner et l’aider à réaliser le véritable changement à la tête du pays.

C’est fort de cette riche expérience que l’UDC arrive à cette élection comme le challenger le plus prêt et le plus crédible à battre le régime RDPC qui n’a aucun bilan. Vive le Cameroun et que Dieu bénisse le peuple Camerounais.

Laziz Nchare

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Contact: 000 237 698 11 70 14  Mail : contact@lewouri.info

Facebook Comments

About Lewouri Info TV

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Les sécessionnistes attaquent Okalia Bilaï

Le cortège du gouverneur de la région du Sud-ouest a essuyé des tirs ce 12 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *