Home / IDEES / Mbamy de Fochada: Nous sommes contre ce plan d’implosion et de partition du pays évoquée par de nombreux sons de cloches tous ces derniers moments

Mbamy de Fochada: Nous sommes contre ce plan d’implosion et de partition du pays évoquée par de nombreux sons de cloches tous ces derniers moments

Chers camarades combattants, 

Chers compatriotes,  

Chers militants et membres de la convergence panafricaine,

Le scrutin présidentiel du 07 octobre 2018 au Cameroun,  dont nous attendons encore la proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnel, nous interroge sur la capacité et la volonté des camerounais à  transcender leurs divergences d’opinions et politiques, ainsi leurs variables oppositions sur  les multiples questions qui les interpellent, pour construire ensemble une nation forte et unie dans ses diversités culturelles, ethniques,  sociales,  politiques,  religieuses et linguistiques.

De très nombreux discours que nous écoutons, qui appellent à  des  déviances vis à vis de l’ordre et de la discipline dans un état,  du respect des institutions et des lois de la république, nous indiquent qu’on glisse là, tout doucement et avec notre complicité passive, vers la phase violente et sanglante de la contestation et de la crise électorale de ce scrutin présidentiel.

Nous devons éviter de sombrer dans un tel désastre pour nos vies individuelles au quotidien et pour les conséquences d’une telle calamité.

Nous sommes assez clairvoyants, je le pense,  pour faire l’économie des troubles, des larmes,  des pleurs,  des souffrances,  et des viols et violences,  que peuvent engendrer dans notre société, des appels que je qualifierais d’irresponsables,  de certains à mettre en péril la paix sociale et la stabilité du pays qui peut comme certains l’ont dit avec véhémence,  imploser.

Non !  Nous sommes contre ces visées rétrogrades et anti progressistes.

Non !  Nous sommes contre ce plan d’implosion et de partition du pays évoquée par de nombreux sons de cloches tous ces derniers moments, avant et pendant ce processus électoral.

Le bilan risque d’être très lourd pour chacun d’entre nous, et sur tous les plans, si nous laissons se cristalliser l’envie d’en découdre,  quelque soit le prix à payer avec le régime du RDPC qui utilise très bien les méthodes répressives, héritées de l’ère coloniale au Cameroun,  et dont il n’est qu’un prolongement. 

Appeler le peuple aux mains nues à  braver ce régime qui est prêt à tout pour conserver le pouvoir, n’est pas assez responsable de notre point de vue, car nous militons pour le dialogue,  la tolérance et la non-violence.

À cet égard, nous restons convaincus  que par une politique pacifique et non violente, telle que le prône LA VISION POUR UN ETAT PROVIDENCE,  nous pouvons rendre le changement possible, en sortant du  système impérialiste néo colonial aujoulatiste, sans chercher à sacrifier les vies humaines inutilement, comme certains leaders veulent le faire, juste pour  satisfaire leurs ambitions politiques d’alternance présidentielle, à la tête d’un enclos néo colonial, dont les populations mendient la paix et la sécurité, tout comme leur indépendance totale et leur souveraineté réelle ! Et, c’est la raison pour laquelle, nous avons appelé les électeurs à s’abstenir de voter afin de ne pas donner leurs suffrages à ces candidats de la continuité et de la consolidation du système et de l’ordre néo colonial aujoulatiste et impérialiste au Cameroun!

Ce sont des appels que nous devons condamner avec la dernière énergie et les dénoncer tout aussi fermement, car cette posture de la consécration de la violence comme moyen d’expression et  de lutte politique, est un danger pour notre démocratie en construction,  ainsi que pour la stabilité politique et la sérénité dont les populations de la sous-région Afrique  centrale ont besoin pour relever les vrais défis qui les interpellent et s’imposent à eux,  sans effusion inutile du sang et pertes en vies humaines.

La solution aux problèmes du Cameroun, n’est pas dans la rue, nous le proclamons une fois de plus,  mais sortira d’un dialogue franc et sincère, sans à priori et appréhensions, entre camerounais de tous les horizons et de toutes les obédiences politiques.

Ce dialogue inclusif,  doit se tenir dans le cadre des ETATS GENERAUX DE LA RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN, qui auront pour finalité: de doter notre pays des institutions et lois adéquates, de définir clairement et adopter sur tous les plans ce que nous voulons pour nous et notre pays, ainsi que les mécanismes de fonctionnement ou de mise en œuvre de tout ce qu’il nous conviendra d’arrêter, de sorte que,  notre pays soit désormais et pour des siècles à venir, à l’abri des crises institutionnelles, des guerres civiles,  des crises électorales et autres menaces à la stabilité ainsi qu’à la paix intérieure et extérieure.

Ceci nous permettra,  de libérer le potentiel du peuple, afin que les populations et forces vives de la nation,  se consacrent au développement durable du pays,  dans l’intérêt de tous.

Oui !  Nous devons préserver la paix nécessaire à l’accomplissement des grandes œuvres et mutations bénéfiques à  tous, que nous garantit la VOLONTÉ IMMEDIATE DE SOUVERAINETÉ ET D’INDÉPENDANCE OPTIMALE DES NATIONALISTES POUR UN ETAT PROVIDENCE. 

Que nul citoyen  camerounais, qui aime son pays et se soucie de son avenir, ne prenne cette mauvaise décision de se jeter dans la rue, pour contester une hypothétique victoire à la présidentielle du 07 octobre 2018, et encore moins casser ou vandaliser les biens de l’état où des particuliers, pour une élection présidentielle que nous savions tous d’avance l’issue, au regard des mauvaises lois qui encadrent le processus électoral, des usages chez nous, de la partialité supposée de l’administration et de l’État qui dans ce système que nous dénonçons, est au service du parti au pouvoir.

Aucun camerounais, patriote,  nationaliste, indépendantiste et panafricain ne doit en aucun cas, porter atteinte à  l’intégrité physique d’un autre concitoyen ou compatriote pour quelque motif que ce soit et encore moins pour cette cause vile, qui consiste pour certains leaders, à se servir des masses populaires, pour conquérir un fauteuil présidentiel, dont chaque occupant, dans le système impérialiste et néo colonial aujoulatiste en vigueur au Cameroun, ne sera jamais, et au grand jamais, au service du peuple et de ses intérêts.

Nous devons exiger pacifiquement et légalement du pouvoir et du président qui sera déclaré le vainqueur de ce scrutin par la Cours Constitutionnelle le 22 octobre prochain,  la tenue effective des États Généraux de la république du Cameroun, afin que toutes les forces vives du Cameroun se donnent la main et trouvent de façon consensuelle les solutions adéquates et arrêtent les réponses idoines à tous les problèmes qui empêchent les populations de s’épanouir pleinement dans un Cameroun prospère, stable et fort.

Ensemble, rendons l’impossible possible.

Ensemble, nous sommes invincibles.

 

Le 19 octobre 2018

Mbamy de Fochada 

Leader de la Convergence Panafricaine

 

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Facebook Comments

About Lewouri Info

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Berlin Djionang : « Vendre l’illusion est un commerce fructueux »

JE SUIS SONNE… Je suis sonné lorsque croyant aimer et aider l’enfant à grandir et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *