Home POLITIQUE  Le Sdf demande la transition pour résoudre la crise anglophone

 Le Sdf demande la transition pour résoudre la crise anglophone

87
0

C’est l’une des principales recommandations contenues dans le document final de la réunion du Comité Executif National tenu le week-end dernier à Yaoundé.

Du 8 au 9 juin et sous la présidence de son président national, le Comité National du Social Democratic Front s’est réuni à Yaoundé pour tabler sur les questions concernant la vie du parti, mais aussi sur la situation sociopolitique du moment dans notre pays. Dans son communiqué final, le Sdf estime que la visite du Premier ministre dans les régions anglophones du pays a donné un coup d’accélérateur à la guerre civile, « comme en témoignent, les assassinats commis à Mankon, Wum et l’effroyable fusillade d’un bébé que quatre mois à Muyuka, le nombre sans cesse croissant de villages incendiés, parmi beaucoup d’autres atrocités », peut-on lire.

Dans le même ordre d’idée, le Sdf, s’offusque de l’attitude hypocrite des autorités au Parlement camerounais, condamnant la réaction du Parlement européen qui se montre préoccupé par la situation humanitaire dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, alors qu’elles bloquent tous efforts du Sdf pour débattre de la question au Parlement.

C’est un fait, la crise s’enlise, faisant des millions de déplacés notamment au niveau interne du pays. Selon une sortie, d’Awa Fonka Augustine, le gouverneur de la région de l’Ouest ce lundi, on dénombre près de 41 mille déplacés dans cette partie du pays. Pour régler définitivement la crise, le Sdf, écrit dans son communiqué que soit sollicitée l’entremise de Ni John Fru Ndi, son président national pour négocier le cessez-le-feu dans la guerre civile au Nord-ouest et au Sud-ouest à l’effet d’ouvrir la voie au dialogue inclusif sur le problème anglophone. La méthode pour y arriver est rapidement trouvée par le Sdf qui demande dans la foulée « qu’un gouvernement de transition soit mis en place pour résoudre cette guerre civile qui détruit le socle de la nation, étant donné que le régime de Biya a clairement montré qu’il fait partie du problème pour lequel nous le tenons entièrement responsable ».

Sur un autre plan éducatif cette fois ci, le principal parti de l’opposition, affirme sa « préoccupation par rapport au cas de quelque 2 000 enfants qui, en raison de la confusion qui a régné le jour du Ramadan, n’ont pas été en mesure de composer leurs examens du Gce Ordinary level et du Bepc. Demande instamment au ministre des Enseignements secondaires d’organiser une session de rattrapage pour ces élèves », suggère le Chairman Fru Ndi.

 

Armand-Rodolphe Djaleu: lewouri.info

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Contact: 000 237 698 11 70 14

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here