Home AFRIQUE Le Président Félix Tshisekedi et les détails qui ne trompent pas

Le Président Félix Tshisekedi et les détails qui ne trompent pas

119
0

La carrure d’un homme d’État se voit, parfois aussi, dans la sobriété de la voix. Mais également dans le caractère spontané des interventions.

Cela semble passé inaperçu pour certains. Mais les âmes éveillées y accordent une attention particulière à ce qu’une personne dit lorsqu’il est frappé d’un malaise en pleine séance d’investiture, à la hauteur de celle que nous a offert la RDC.

Faisant allusion à Mobutu, ” un grand homme de ce pays à dit un jour, comprenez mon émotion.” Avant d’enchaîner : ” la compagne de pauvres, la préparation, les émotions endurées ont eu raison de ma personne humaine. J’ai connu un moment de faiblesse et je m’en excuse. Je m’en excuse au près du président de la République. Maintenant que la force et l’énergie qui ont toujours été miennes sont revenues, nous pouvons avancer”.

Avançons donc !

Comprenez mon émotion.

Si vous ne le savez pas: cela date du 24 Avril 1990. Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga, dans un discours sobre et une voix martiale comme il savait le faire, décide de mettre un terme au parti unique en RDC. ” Que devient le chef dans tout ça ? S’interroge-t-il avant de poursuivre, je vous annonce que je prends ce jour congé du Mouvement populaire de la révolution, pour lui permettre de se choisir un nouveau chef devant conduire … ” Il s’arrête, silence de mort, il balaie la salle d’un regard de léopard et finit en disant trois mots devenus célèbres en RDC : ” comprenez mon émotion”. Pluie d’applaudissements comme cela a été le cas pour Félix Tshisekedi, la foule crie ” nous avons confiance en notre guide … Libérateur ! Pacificateur ! Unificateur !”

Quelque temps après, il décide de mettre en place une conférence nationale souveraine devant permettre une transition en douceur vers la démocratie et une troisième république. La conférence s’achève en Août 1992 et vous savez qui est élu Premier Ministre du gouvernement devant mener à la transition ? Lisez bien: c’est Étienne Tshisekedi, le père de Félix Tshisekedi. Dès cet instant, ce papa est devenu et resté le cœur de l’opposition congolaise. C’est l’histoire qui s’écrit lorsque son fils devient Président de la République un an et demi après son décès.

Ainsi, Félix Tshisekedi en prononçant ces trois mots de façon spontanée, re-écrivait ainsi l’une des pages les plus glorieuse du Congo. Les naïfs y verront des mots détachées, mais cela traduit, pour les spécialistes en analyse comportementale, l’alignement de son esprit, sa pensée et ses paroles.

Je m’excuse devant le Président de la République.

Félix a déjà prêté serment. Il est en train de lire son premier discours en qualité de Président de la RDC. Cependant, il n’a pas encore épuisé tout le processus. Car, il doit dire au-revoir à Kabila pour désormais se considérer Président. Lorsqu’on demande aux gens de vivre en harmonie avec leur nature, ils croient que c’est une injure ! Que non! La réalité c’est que Félix n’avait pas besoin de dire cela, mais il l’a dit et de façon spontanée, il ne l’a pas préparé. Cela s’appelle, pour les IMFURA, l’humilité en version innée. Quelle que chose que vous ne forcez pas. C’est là, naturellement. Et ce genre de personnes, quoi que vous fassiez, elles atteignent, très souvent, l’excellence. Pour les naïfs, ce sont des remarques inutiles. Mais les esprits éveillés savent qu’on n’abolit pas le tribalisme en le criant à tout coin de rue. Il y a des actes et des gestes qui parlent d’eux mêmes.

La campagne de pauvre : les deux mains jointes. Les émotions : la main droite sur le cœur … ont eu raison de ma personne humaine.

Faites cet exercice de temps en temps. Lorsque que vous écoutez des gens, observez bien leur gestuel. Il y a là, tout un enseignement.

Lorsque Félix est revenu de son malaise, il a donné les raisons probables de ce qui lui est arrivé. Parmis elles, la campagne de pauvre. En le disant, ses deux mains étaient jointes. Cela ne parle pas aux esprits légers. Mais les esprits éveillés, voient en lui la vérité, la corrélation avec la basse classe. Par ce geste, il dit dans quelle classe il est inscrit. Également : les émotions. En le disant sa main droite était sur sa poitrine, signe de l’affection, l’amour, des valeurs chères aux esprits sains.

Rappelez-vous que nous insistons dessus car, il ne les a pas préparé. On pouvait voir là, le fond de la pensée d’un homme. Et finir par conclure qu’effectivement, tout le cinéma harmonieux entre Kabila et lui avait quelque chose de sincère. Pour marquer les cœurs, il parle de sa personne humaine comme pour éviter de faire l’amalgame. Car, au même moment, la chaîne congolaise qui retransmetait l’événement, essayait de faire comme si le président de la République ne pouvait pas avoir de malaise. En revenant dessus, Félix Tshisekedi a pu, sans se préparer, montré son humilité, sa simplicité et son caractère décomplexée, des valeurs difficiles à trouver ailleurs. Mais les congolais qui suivent l’actualité politique vous diront que son père, Étienne Tshisekedi, était un homme de valeur. Le penser de son fils est-il illusoire ? Regardez l’avenir !

César Tchoffo: contributeur lewouri.info 

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here