Home L'INVITE Essombe Gaspard : « Nous croyons fermement que Jes prestation viendra équilibrer...

Essombe Gaspard : « Nous croyons fermement que Jes prestation viendra équilibrer les pertes »

114
0

Dans un entretien accordé à lewouri.info votre journal en ligne, le directeur des ressources humaines de Jess Assistance, parle de Jes Prestation, une nouvelle entité de l’entreprise.

 

Vous êtes le directeur des ressources humaines de Jess Assistance, nous venons de vivre la cérémonie de l’arbre de noël, une initiative du top management de votre entreprise. On est satisfait ?

Ce qui m’anime d’emblée, c’est un sentiment de satisfaction parce que les enfants sont l’objectif de ce pourquoi nous sortons tous les matins. Les voir se mettre ensemble c’est une satisfaction d’abord personnelle, et une satisfaction générale, car comme vous le savez, je suis dans le top management d’un projet qui, il y a deux ans n’existait pas. La DG /Manager a mis en place cet évènement il y a de cela un an, et aujourd’hui c’est une réussite totale. Nous allons en amélioration  continue. L’année dernière nous étions à Makèpè dans un espace confiné cette année nous sommes à un endroit plus grand, et les enfants ont l’air de bien s’amuser.

C’est une entreprise de placement du personnel on le sait. Quelle est l’économie de l’activité ces trois dernières années ?

S’il faut faire une évaluation ces trois dernières années, c’est satisfaisant si on prend les statistiques en interne. Pendant ces trois dernières années, nous sommes partir d’un effectif d’environ 300 employés mis à disposition en 2016-2017, en cette année 2018 nous sommes à 600 voire 700. En gros c’est une amélioration, nous asseyons de faire notre petit bout de chemin. Nous continuons de travailler avec les nouveaux projets structurants dans le but d’augmenter davantage notre effectif, vous savez, récemment il y a eu des accords pour le barrage de Nachtigal, qui à terme créera beaucoup d’emploi. Nous sommes en négociations avec plusieurs entreprises pour pouvoir avoir plus d’effectifs et aller de manière grandissante.

La chute du baril de pétrole est-elle une mauvaise nouvelle Jess Assistance ?

Naturellement ! C’est une très mauvaise nouvelle. En mi-octobre, le prix du baril avait un peu bougé, en novembre dernier, nous nous sommes retrouvés avec une chute de 15 dollar et jusqu’à présent, le prix du baril continu à chuter. C’est une très mauvaise nouvelle car nous savons que le secteur pétrolier emploie beaucoup de sous-traitant, et Jess particulièrement est connecté à ce secteur parce que 80 % de nos contrats y sont liés. Un de nos clients phares du secteur pétrolier, après négociations, nous avons décidé de revoir nos cotations à la baisse. Il faut explorer d’autres horizons pour pouvoir faire un complément pécunier. Donc dans notre cas d’espèce nous avons du créer une branche technique, Jes Prestation qui officie dans les travaux électriques, génie électrique Btp, et nous avons un agrément avec la société nationale d’électricité où nous travaillons au quotidien et c’est un plus. La société est récente et nous travaillons pour son émancipation. Nous croyons fermement que Jes prestation viendra équilibrer les pertes que nous avons enregistré suite à la chute du prix du baril. La branche technique est notre parade pour combler les manques à gagner.

Comment voyez-vous, le recrutement, le placement du personnel et les activités intérimaires dans cinq ans au Cameroun ? L’activité est-elle menacée par des facteurs exogènes ces dernières années ?

Il y a une grande menace ces dernières années sur l’activité. Il y a un réel problème, au niveau du secteur.  Le patronat n’est pas organisé et les sociétés de travail temporaire ne sont pas regroupées. Nous saluons déjà l’initiative du leader, qui s’est rapprochée de JESS ASSISTANCE pour créer un syndicat pour défendre les intérêts de tous. C’est dans cette lancée, que le ministère de l’emploi et de la formation professionnelle qui est notre ministère tutelle a été saisi. Le ministre lui-même était à Douala, lors d’une sectorielle qui a eu lieu pour débattre du sujet. De séries de propositions ont été portées au niveau du gouvernement. Nous pensons qu’en organisant mieux ce secteur, nous pourrons défendre nos projets.

Vous mentionnez l’Etat, mais des efforts sont fournis dans ce domaine là ?

Oui, il y a des efforts palpables. J’ai dit tout à l’heure que le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle s’est rendu disponible et il a compris les difficultés du secteur. Il y a eu une première réunion où il a reçu les patrons des entreprises de travail temporaire à Yaoundé et il a mis une commission sur pieds. Une correspondance a même été adressée au ministre des finances donc l’Etat est mobilisé pour pouvoir donner un coup de main.

 

Entretien mené par Armand-Rodolphe Djaleu

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here