Home IDEES Cameroun: Le gouvernement de la réaction. Jamais dans la proaction

Cameroun: Le gouvernement de la réaction. Jamais dans la proaction

157
0

Paul Biya devrait déjà se mordre les doigts avec des personnes si médiocres dans la gouvernance de leur pays. Quel est ce gouvernement où tout le monde n’interpelle le chef de l’État que lorsque la crise dérape.

À Bangourain, les réfugiés y séjournent depuis sans soutien de l’administration. Les populations du noun ont tôt fait d’alerter les services du premier ministre et jamais rien n’a été entrepris.

Parce que vos enfants dorment à l’aise, vous refusez de vous soucier de ceux des autres. C’est quoi ça ces dons de ciment et de tôle, l’instruction suprême du chef de l’État? Vraiment.

Vous devriez avoir honte Mr Atanga Nji. Et ça s’appelle ministre, de sur quoi, de l’administration territoriale. Vous faites honte à un grand peuple au grand destin. Ce que vous faites là, écoutez comment cela s’appelle : de la débrouillardise.

Et comme tout débrouillard, ça vit sur le qui vive. Une sorte de feu croulant. On sait que ça va brûler de façon vive. Mais on ne sait pas quand et comment. Mais voici une idée : Ben Ali vous parle.

Lorsque le feu était vraiment vif, il a tout promis comme vous le faites. Dès qu’un feu fait semblant de s’allumer vous êtes déjà là pour l’étreindre. Mais soyez rassuré : le peuple lui avait dit, on vous a compris Mr le Président. Malheureusement vous devez partir. C’est comme Catarina le 15 Août 1543. Ça brûle tout sur son chemin.

Votre manière de gouverner ce pays nous fait marrer. Nous sommes tranquillement assis au Chaba et nous planifions tranquillement votre départ. Vous ne pourrez pas etteindre toutes les flammes qui vont monter. Aucun bricoleur ne l’a fait et aucun ne réussira jamais à vivre dans la stabilité.

Tout est instable chez vous actuellement. Vous ne voulez pas questionner le pourquoi de la crise à Bangourain. Mais vous voulez juste les satisfaire. Satisfaire l’instant présent. Malheureusement, vous ne pouvez pas savoir quel feu va apparaître après demain à Kourom, à Koupoukam, des quartiers voisins.

Entre le nord ouest, l’ouest et l’Adamaoua, il y a une très longue frontière terrestre que le gouvernement n’est pas capable de contrôler. Car, ce gouvernement n’a même pas été capable de contrôler notre frontière est avec la Centrafrique. Conséquence, les balaka nous ont visité et ont renforcé le rang des Boko Haram. Le bilan est connu.

Aujourd’hui, vous vous attelez à penser les blessures à Bangourain. Quel plan avez-vous pour koupa-matapit? Nschi, Mbor, Dorofi, manki. Quel plan avez vous pour Fotem,Tinto, ou Santa dans la Menoua et les Bamboutos ?

Après des réfugiés, dits intellectuels écrivains se permettront de monter les peuples contre les peuples. Le problème est simple, il y a une crise dans les régions du NOSO au sujet de leur autonomie. Pour affirmer leur présence, ils sont prêts à tout attaquer pour montrer qu’ils existent. Et c’est normal que les autres se défendent en lieu et place des forces de l’ordre absentes.

Vous avez cependant dit que vous étiez à la phase de désarmement. Mais bon Dieu! Au nom de quel armistie faites vous donc ce désarmement ? Oui … Vous vouliez montrer aux Américains que vous contrôlez la crise. Mais ces choses là sont plus compliquées.

Lisez l’histoire des grandes nations, Monaco, Barcelone, la Crimée, ou même la guerre de sécession au USA. Il faut savoir que tant que les gens n’obtiennent pas ceux qu’ils veulent, ils se battront pour la vie. Cela a toujours été ainsi. Vous pouvez même exterminer cette génération de sécessionnites, mais une autre vague reviendra plus tard et voudront restaurer le rêve de leurs aînés.

Pourquoi voulez vous donc faire tourner le Cameroun en rond? Cette crise a fragilisé l’économie de ce pays. Mais au nom de quoi vous entêtez-vous à utiliser la voix de la guerre contre des gens que vous ne connaissez pas?

Les rêves de ces dernières heures ne sont pas bons. Ce gouvernement verse trop dans le laxisme et le suivisme. La logique court terme est imprimée dans leurs cervelles. Je suis moi aussi pour la défense de la souveraineté de l’État. Mais cela ne peut pas se faire au pris de la vie de ceux qui composent l’État.

César Tchoffo: contributeur de lewouri.info

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Tel: 00 698 11 70 14

Mail: contact@lewouri.info

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here