Depuis Janvier 2018, l’on assiste à une véritable neutralisation des forces du changement, dans notre pays. En effet, le régime de Yaoundé ne néglige aucun détail pour la conservation de son pouvoir.

Quel que soit la forme de changement envisagée, le régime s’est toujours mettre une stratégie pour venir à bout de celle-ci. D’abord, Ayuk Tabe  qui représente l’aile armée du changement radical et de la sécession a été cueilli il y a un an au Nigéria avec ses collaborateurs les plus proches et amené manu militari  à Yaoundé puis écroué à la prison centrale de Yaoundé Kodengui.

Ensuite, Maurice KAMTO candidat malheureux à l’élection présidentielle du 07 Octobre dernier a été interpellé le 28 Janvier 2019 à Douala avec certains de ses collaborateurs  par la suite placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé Kodengui. En effet, dès le lendemain de la présidentielle de 2018, celui qui était arrivé en deuxième position dans cette élection a commencé à revendiquer sa victoire parlant d’un Hold up électoral. Ceci avait été perçu par le régime de Yaoundé comme une provocation. Puis s’en est suivi le passage au conseil constitutionnel et l’organisation des marches dites blanches à l’intérieur et à l’extérieur du pays qui ont conduit à la mise à sac de nos Ambassade à Paris et à Berlin. Pour ses partisans Maurice KAMTO ne serait coupable de rien. Or une bonne partie de l’opinion note une certaine incohérence dans sa démarche.

Enfin Edgar Alain Abraham MEBENGO qui a été placé en détention provisoire vendredi dernier représente quant à lui le changement au cœur même de l’appareil étatique. En effet, beaucoup d’observateurs ont toujours vu en l’opération épervier une sorte de règlement de compte politique. On parle même ces derniers temps d’une guerre de clan autour de S.E Monsieur le Président de la République du Cameroun M. Paul BIYA. Pour cette frange de l’opinion publique l’opération épervier ne sert qu’à éliminer les potentiels challenges du chef de l’Etat.

A l’arme des éléments évoqués ut supra et si on s’en tient à cette analyse, on se rend compte que ce tris incarne trois schémas de changement au Cameroun. Le pouvoir en place ne les a pas négligé et a su les mettre hors d’état de nuire. Doit- on condamner le régime de Yaoundé pour cela ? Ce qu’il faut savoir c’est que chaque régime a vocation à veiller à la conservation de son pouvoir. Ailleurs certains régimes s’arrangent à mettre leurs challengers hors course on l’a vu en France avec l’affaire DSK.

Au demeurant, une chose est sûre le pouvoir de Yaoundé tient bien les reines de son bateau et régime en maître absolu au sein de l’arène politique.

 

                                                                                             Joël Célestin BOBO:lewouri.info

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Contact: 000 237 698 11 70 14 /672 47 11 29

Mail : contact@lewouri.info

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here