Home ENTREPRISE Cabale contre le riz thaïlandais ! Les vrais faux problèmes de l’économie...

Cabale contre le riz thaïlandais ! Les vrais faux problèmes de l’économie camerounaise?

139
0

Pour nous qui avons grandi dans le Nord Ouest nous sommes habitués au Ndoprice. J’imagine qu’au grand nord et ailleurs, quelqu’un dira certainement la même chose. Le riz camerounais ça existe depuis belle lurette. D’où vient ce regain de sympathie aujourd’hui ? Ah oui, du supposé riz plastique importé! Posons-nous les questions qui en valent la peine.

Le riz ou alors les marques mises en cause sont elles constituées de riz plastiques ? Une simple expertise de ces riz répondra a toute suspicion. Je crois que les composantes du riz sont connues en termes de structure moléculaire. La question est réglée.

Le consommons camerounais marche-t-il? D’après certaines études les camerounais aiment manger leur nourriture. Cependant force est de constater que malgré l’amour et le désir ardent, nous sommes portés vers les choses venues d’ailleurs, et la plupart du temps, ces choses ont leurs origines chez nous. A cette question, nous y reviendrons…

La question du riz éveille un certain nombre de tares que connaît notre pays qui se traduit par la volonté manifeste de  voir les choses évoluer. Sinon comment expliquer que tous les trois jours un avion spécial ravitaille un locataire dit-on camerouno-suisse en produits de première nécessité ? Il s’en fiche de ce que nous mangions ou pas, de ce que nous mangeons ou pas. Là encore, on y reviendra…

C’est quoi le fin mot de cette affaire ou le riz importé serait du “toc” ? Nous connaissons la manœuvre du retour aux sources lorsque nos intérêts personnels, nombriliques et égocentriques sont mis à mal. Sans se demander si ce que je produis rencontre les attentes des consommateurs. Oui nous  aimons nous cacher derrière des raisons du genre ” nous n’avons pas les moyens des autres”. Un peu de volonté suffit. Ce n’est pas trop demander de vouloir ce qui est bien fait. Attention, au Cameroun beaucoup de bonnes choses sont faites, mais hélas pas du tout mises en valeur. Et c’est la que réside le travail à faire. Beaucoup disent qu’il faut relever la production locale, mais ne nous dit pas comment. Un modèle camerounais est plus que possible.

Les contraintes déséquilibrées et injustes des APE posent un paradoxe de paradigme. On veut nous aider à avoir le niveau ! On nous impose une ligne de conduite sous fond d’aide.  Conséquence on nous fait oublier qu’on a le choix de décider de ce qui est meilleur pour nous. On avait le choix de pouvoir dire non. Aujourd’hui nous subissons. Encore une fois la question est ailleurs. Nous y reviendrons…

Malgré tout, certaines situations, provoquées ou non, sont des opportunités à saisir. Pour le gouvernement c’est l’occasion de véritablement poser la problématique de la souveraineté alimentaire et de la production locale sous quelques formes que ce soient.

Pour les entrepreneurs locaux, c’est l’opportunité de démontrer leurs capacités à mettre à la disposition des consommateurs des produits au moins de qualité constante. Les moyens d’amélioration répondent aux simples critères de créativité et de travail permanent.

Pour les consommateurs, c’est un appel à se forger son opinion non sur des élucubrations préconçues et parfois venues d’ailleurs, mais à croire que sur place nous pouvons et avons le devoir de faire changer nos habitudes de consommation……

Arrêtons d’apporter les mauvaises solutions aux vrais problèmes. Moi je m’occupe des entrepreneurs. Et toi?

BONNE ANNÉE A TOUS!

Bruno Lombo Ebala, Entrepreneur: contributeur lewouri.info

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Tel: 00 698 11 70 14

Mail: contact@lewouri.info

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here