Home / IDEES / Berlin Djionang : « Vendre l’illusion est un commerce fructueux »

Berlin Djionang : « Vendre l’illusion est un commerce fructueux »

JE SUIS SONNE…

Je suis sonné lorsque croyant aimer et aider l’enfant à grandir et prendre son envol dans ce monde, c’est lui plutôt qui m’apprend ce qu’est aimer de parts son amour, son sourire désintéressé, sa joie permanente, son regard naïf mais admiratif et surtout son caractère non rancunier. L’enfant est capable de subir les foudres de votre colère pendant un laps de temps mais se dirige vers vous 2 secondes après par amour. Ça me fait vraiment réfléchir, cette capacité pour nos enfants de nous donner espoir par rapport à l’avenir et de nous dire, restons le cœur léger pour pourvoir avancer dans la vie.

Je suis sonné lorsque je m’aperçois que sur une pente ascendante, notre chauffeur depuis des dizaines d’années ne parvient pas à faire un démarrage à la cote mais refuse l’aide de ses collègues soit disant qu’il a de l’expérience. Les passagers à bord sont dépassés et comprennent pas toujours l’attitude du chauffeur qui ne parvient pas à faire avancer le véhicule sur cette pente mais continue de nourrir d’espoir ses passagers. Certains passagers ont dû changer de véhicule et ce sont retrouvés dans d’autres véhicules donc le chauffeur avance. D’autre passager n’ayant de moyen de changer de véhicule, ou par amour pour ce dernier, subissent l’incompétence du chauffeur et pleurent leur misère au quotidien. D’autres ont décidé de créer une rébellion dans la voiture et veulent enlever le chauffeur par force, mais ce dernier ne veut rien attendre. Le chauffeur lui continue de nommer certains passagers pour maintenir l’ordre et envoie même certains à l’extérieure pour pousser la voiture mais rien y fait, la voiture n’avance pas. D’autres par contre ont décidé d’aider le chauffeur à l’intérieur en expliquant qui vaut revenir en première c’est-à-dire se doter d’une vision et savoir ou on va avant d’essayer d’avancer, le chauffeur essaye mais ça coince, que de monter, le véhicule descend seulement. Heureusement que les usagers de l’extérieur ont une cale qui empêche que le véhicule descend à grande vitesse. Que d’avancer, le véhicule descend mais le chauffeur nous fait savoir que c’est parce qu’il y a surcharge depuis qu’il prit le volant de la voiture, il demande qu’on l’accorde un peu plus de temps afin s’adapter à cette nouvelle situation mais certains passagers crient que cela dure déjà très longtemps, n’ayant pas le choix comme d’autres de choisir d’autre véhicule, ils contestent l’efficacité du chauffeur. Les passagers qui ont pu s’extirper du véhicule, de l’extérieur encouragent les passagers qui sont restés davantage prendre leur responsabilité. Je suis sonné parce malgré cette situation de blocage et de recul, le chauffeur a toujours des adeptes qui le défendent à toutes les positions et empêchent même certains de parler du calvaire que vivent des passagers depuis longtemps. Mais de temps en temps, le chauffeur fait avancer un peu le véhicule en rompant par exemple certains accords de partenariat qu’il a eu à faire avec d’autre véhicules mais, rien n’y fait, les passagers ne ressentent pas l’avancer parce qu’ils sont longtemps descendu que de monter. Certains passagers ont décidé de mettre leur espoir dans la vie après la mort c’est-à-dire croient dur comme fer que la vie sur cette terre ne vaut pas la peine, c’est le paradis qu’ils visent actuellement. Ils adhèrent donc aux églises et sectes qui poussent comme des champignons dans le véhicule. Ça prêche par-là, ça crie par ici. D’autres par contre ont décidé plutôt de noyer leurs soucis avec la boisson pour éviter de voir leur problème en face, ce qu’ils oublient est que dés-que les effets de l’alcool s’estompent, les problèmes seront toujours là. Ils baignent dans cette illusion qui les berce. Les jeux du hasard prennent de plus en plus de l’ampleur. Un passager « modèle » vient même d’ajouter à la panoplie de jeux existants, un autre. Vendre l’illusion est un commerce fructueux, chacun veut prendre sa part de gâteau auprès de cette masse abandonné à elle-même. C’est normal, dans une société ou on dénie la vie, on ne peut que avoir pour conséquence que les jeux et bien d’autres irrationalités. L’au-delà va nous aider à faire la bonne combinaison afin de tirer le pain quotidien sans trop d’efforts. Certains véhicules qui étaient derrière nous dans cette pente, ont décidé simplement de nous contourner et de continuer leur chemin. Aujourd’hui, ils tutoient les voitures qui étaient quittés beaucoup plutôt qu’eux. J’observe qu’il y a une grogne dans le véhicule.

Je suis sonné lorsque dans le même véhicule, certains passagers ont réservé des sièges voire même des zones pour eux seul et interdisent ainsi même les passagers debout de s’assoir ou s’installer ou ils veulent. Cette situation a créé des problèmes depuis longtemps et continue d’ailleurs aujourd’hui d’en créer parce que certains passagers se sont vus refoulé d’un siège par ces propriétaires. Certains passagers trouvent cette situation inadmissible car disent-ils, nous sommes dans le même véhicule et sont donc obligés de cheminer ensemble. Nous avons tous un même destin. Chacun doit se retrouver dans n’importe quel siège du véhicule sans pourtant se voir blâmer. Les passagers avertis pensent que ce comportement est dû au chômage, l’oisiveté de ses passagers qui se comportent ainsi. D’autres par contre, accuse le chauffeur qui ne pas faire avancer le véhicule à un rythme qui pourrait permettre aux passagers de se réaliser. Tout contre fait, le chauffeur continue de nommer des personnes pour calmer un peu la situation mais sans pour autant se poser les questions sur les causes de problèmes mais insiste à saupoudrer les conséquences afin d’apaiser. À toutes conséquences, il y une ou des causes inhérentes. Doit-on aider le chauffeur de l’intérieur c’est l’amener à comprendre les causes ou doit faire croire au passager qu’il faille simplement le changer ?

Je suis sonné parce que certains confondent persistance et persévérance. La persistance dans une situation ne prend pas en compte les réalités de l’environnement, de l’heure et continue de pousser la pierre quoique l’obstacle qui s’y trouve. La persistance n’analyse pas mais use de la force physique et intellectuelle pour vouloir déplacer un véhicule sur une pente tout seul, et qui n’avance pas. La persévérance par contre étudie l’environnement, réadapte ses plans sans pourtant perdre sa vision, contourne les obstacles afin d’avancer. La persévérance c’est comprendre que lorsqu’un est sur une pente et bloqué et ne parvenant pas à faire un démarrage à la cote, qu’on peut se faire aider par un usager interne ou externe afin d’avancer et atteindre ses objectifs. La persévérance appelle à la collaboration et à une analyse permanente de sa situation afin de réajuster les plans pour atteindre son objectif. La persévérance c’est réajuster temporairement ses plans tout en restant permanemment sur son objectif final qui est celui de son propre développement et par ricochet celui de la société.

Je suis sonné lorsque ceux qui sont censés faire des analyses objectives sur des situations que traversent les passagers du véhicule se contentent plutôt de vouloir se rapprocher du chauffeur afin de satisfaire pour un instant leur panse. Ces gens se font appeler « intellectuel » mais n’usent pas de la pensée et de l’action pour soigner les plaies de la société. Ils saupoudrent ces plaies avec l’alignement des phrases que les passagers ne comprennent pas. En 2017, certains ont martelé que les autres étaient dans la sauce, je vous assure, c’est nous qui sommes dans la « sauce ». Nous sommes vraiment dans une marmite bouillante. Et on nous mange à tous sorte de complément. L’hypnose est généralisée. Rappelez-vous à la veille de l’élection qui visait à changer le chauffeur du véhicule, le sortant avait notamment fait venir un gourou de secte dans notre pays au vu et su de tout le monde. Nous sommes vraiment dans l’hypnose et il faut du courage pour sortir de ce trou. Lorsque vous tenter d’y sortie, on vous rappelle à l’ordre. On vous ramène dans la « caverne » de Platon par toute sorte de moyen. C’est la raison qui laquelle il ne vaut pas juger ceux qui ont décidé de sortir du véhicule pour aller voir ailleurs. La plupart de nos intellectuels sont pour la plupart dans un sommeil comateux, c’est la raison pour laquelle il pense à panser leur estomac qu’à réfléchir en libre penseur.

Je suis d’autant sonné lorsque certains passagers veulent qu’on divise la voiture et que chacun, prend son bout afin de se chercher. D’aucuns iront avec les roues, d’autres le moteur, certains les accessoires et certains encore la carapace. Est-ce vraiment la bonne solution ? Je ne pense, les passagers doivent plutôt travailler à sortir de l’impasse afin de « prendre leur place dans le trafic » comme le dit si bien le passager averti Martial Bissog. Il faut travailler à remodeler la voiture à fond afin de plus être le souffre-douleur des autres usagers de la route.

Je suis davantage sonné lorsque pour décrisper l’atmosphère du véhicule, le chauffeur décide enfin d’organiser une palabre sous l’arbre afin de s’accorder les violons mais, que ce sont ses partisans qui sont les plus nombreux sous l’arbre à palabres. Certains passagers qui ont assisté à ces palabres ont reçu d’énorme somme d’argent que d’aucuns ont baptisé « élégance républicaine ». Les milliards ont coulé mais les passagers se plaignent toujours. Ne faites pas confiance à ceux qui décidé de parler au nom des passagers et ayant faim car, ils feront raisonner leur estomac que l’intérêt des passagers. Ne faites pas confiance à ces personnes qui veulent gérer la société mais n’ont ni de fait d’âme et ont d’ailleurs les poches vides. Ils les rempliront avant de penser à vous s’ils n’ont pas de conviction. Les paroles sont moins importantes que les actes posés d’abord sur le plan personnel. L’arbre à palabres a été donc organisé et certains se sont mis sur leur trente-un et pris des photos pour immortaliser leur contribution. A-t-elle portée les fruits ? Est-ce que cela peut permettre de diminuer les voies de dissonance qui se font de plus en plus nombreuses ?

N’oubliez pas que conduire un véhicule n’est pas facile mais, le chauffeur doit être doté d’humilité, du sens de l’écoute, du sens de l’analyse, du sang-froid lorsque la voiture emballe afin de relancer le fonctionnement de cette dernière. Il faut souvent connaitre ses limites afin de les améliorer. Persister à pousser une pierre seule face à un obstacle qui dépasse nos forces n’est pas de la persévérance, ni même la force de l’expérience mais de la persistance. Persister dans la mauvaise voie coute plus cher que de s’arrêter un instant, réfléchir sur la direction que le véhicule emprunte, regarder sa boussole afin de se mettre sur le chemin du développement, celui d’avancer à son rythme avec les moyens qu’on s’est donné. Le problème ne doit pas être l’âge du conducteur mais nécessairement le bien-être des passagers qui est la conséquence de sa vision matérialisée du chauffeur mais aussi des passagers. Le tableau est noir. Nous observons qu’au lieu de parler de technologie, nous en sommes à discuter sur l’arrêt des guerres. Qu’au lieu de parler de développement de l’économie et de la monnaie, on en est à parler des prêts pour fermer les fuites d’air au niveau des roues. Qu’au lieu de parler de l’industrie, on parle de la perfusion à apporter à des structures publiques mal structurées en plein vol qui vide les poches des passagers. Qu’au lieu de parler de la promotion de l’entreprenariat, on en est à parler des recrutements dans la fonction publique pour masquer les errements d’une politique qui ne porte pas véritablement de fruit. Qu’au lieu de parler d’éducation et santé, on en est à parler d’une vaste campagne gratuite de vaccination contre le cancer du col de l’utérus qu’ils n’ont pas eux expérimenter chez eux. Nous sommes devenus la cobaille des laboratoires du monde. Tous ces problèmes à mon sens, doivent être davantage une source de motivation que de découragement car nous avons un véhicule à faire avancer. Voyons dans cette situation, l’opportunité pour nous d’apporter notre modeste contribution à l’avancé du véhicule.

Comme cet enfant au début de mon propos, les anciens doivent apprendre à faire confiance à la jeunesse et ceux qui sont engagés, qui ont des convictions et un amour pour ce pays.

Je viens en paix

Berlin Djionang

Libre penseur (Les problèmes et difficulté doivent être une source d’opportunité et de motivation)

Yaoundé le 18/10/2019

Facebook Comments

About Lewouri Info

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Officiel : Absent en Russie, Paul Biya se rend à Paris ce 10 novembre 2019

Le chef de l’Etat camerounais prend ainsi part au Forum de Paris sur la paix. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *