Home / IDEES / Au Cameroun, le policier n’est que l’intraitable chien de garde du pouvoir

Au Cameroun, le policier n’est que l’intraitable chien de garde du pouvoir

Amis qui aiment les Droits de l’Homme
8 min ·
Avons-nous une police coloniale ?

Dans tous les pays démocratiques, dans tous les régimes républicains, dans tous les Etats de droit dans le monde, la police inspire la paix et la sérénité aux citoyens et peuples. Même dans certains pays africains qui ont connu la guerre civile, lorsque le citoyen est en présence d’un policier, il se sent en sécurité. Il peut l’appeler au secours, lui demander son chemin ou tout autre service avec satisfaction.

Au Cameroun, le policier n’est que l’intraitable chien de garde du pouvoir. En toute circonstance, il n’inspire que la peur, voire la mort au citoyen. Lorsqu’il est chargé d’interpeller un individu quelconque (homme, femme ou enfant), pour quelque raison que ce soit, il commence par le bousculer et rouler au sol dans la boue ou la poussière, le gifler, ou l(insulter, comme s’il avait un compte personnel à régler avec lui.

Tout citoyen à ses yeux, surtout si celui-ci se permet d’émettre une opinion différente de la pensée unique, est un ennemi potentiel de l’Etat qu’il faut combattre ou abattre. Ou alors, c’est une proie qu’il faut arnaquer.

Si les bandits t’attaquent la nuit et tu appelle le policier camerounais, il faut le payer ou alors il ne sa déplace pas. Si tu attrapes le bandit par tes propres moyens et le livre au policier, le bandit est libéré avant même que tu arrives chez toi. Si tu discute politique et tu vois passer un policier, il faut te taire. Le seul moyen d’être ami avec le policier camerounais, afin d’éviter qu’il te torture ou te maltraite, c’est de le corrompre. Car, moyennent le « tchoco », tu peux faire avec lui tout ce que tu veux de louche ou contraire à la loi. Il est dangereux, en tout cas d’avoir à faire avec la police camerounaise.

Si tu tombes dans sa main, comme qui dirait, tu es promis à un sale temps. Tu peux même y laisser ta vie en toute impunité. Comme ce jeune réparateur de téléphone battu à mort, le 12 avril dernier, semble-t-il, par les éléments de la police judiciaire de Bonanjo-douala, alors qu’il y avait été amené par l’un de ses clients pour une affaire de téléphone vendu (selon ses proches). Le jeune Etepi Amédée une fois incarcéré aurait été violemment battu par des policiers. Lesquels auraient ensuite refusé à sa famille le droit de l’emmener dans un hôpital avant de leur avoir versé une somme de 200.000f. Malheureusement, le temps de rassembler ladite somme ne laissait aucune chance au jeune Etépi qui a succombé à ses souffrances.

Les Camerounais sont des centaines comme cela dans le pays depuis 1990, qui sont morts, qui ont gardé de douloureuses séquelles ou qui se déplacent en fauteuil roulant pour avoir été barbarement et gratuitement torturés ou maltraités par des gens qui sont appelés « gardiens de la paix ».

Le problème n’est cependant pas dans la nature humaine du policier camerounais, mais dans sa formation. En 70 ans d’indépendance, nous n’avons pas réfléchi à un programme endogène de formation capable de faire oublier l’héritage colonial du policier répressif et protecteur du pouvoir établi contre la population considérée comme hostile et potentiellement subversive.

Jean Baptiste Sipa, éditorialiste

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

Contact: 000 237 698 11 70 14 /672 47 11 29

Mail : contact@lewouri.info

Facebook Comments

About Lewouri Info TV

Le Wouri Info Tel : (+237) 698 11 70 14

Check Also

Pourquoi vous déformez les paroles du Ministre Nganou Djoumessi ?

Vous avez dit que les ministres camerounais ne descendent pas sur le terrain pour analyser …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *