Home CULTURE Affaire Avenir Ava: trois suspects dans les sales draps

Affaire Avenir Ava: trois suspects dans les sales draps

170
0

Affaire Avenir Ava: trois suspects dans les sales draps

Atedzoé Ambroise, Djikam Ahmadou et Lobe Loïc ont été présentés à la presse nationale et internationale hier (mardi, 27 novembre 2018) par la direction régionale de la police judiciaire (Drpj) du Centre. Le chef de gang n’a pas manqué de décrire les circonstances dans lesquelles il a ôté la vie à Avenir Ava.

Il s’agit de trois repris de justice qui, une fois en liberté, n’ont pas tardé à reprendre leur sale besogne. Mais cette fois-ci, ils ont tué l’artiste-musicien par balles. En effet, l’auteur du titre connu des mélomanes “Abie” a reçu une balle sur le crâne à l’intérieur de son domicile vers 1h du matin le 15 novembre 2018 avant de rendre l’âme 72 heures plus tard au Centre des urgences de Yaoundé (Cury). Au terme des enquêtes, la police judiciaire du Centre a interpellé ce gang de trois malfrats:

1. Atedzoé Ambroise, alias Mvondo Richard, alias Roberto âgé de 34 ans;

2. Djikam Ahmadou, alias Amas, âgé aussi de 34 ans;

3. Lobe Loic, alias Messongui Henri, alias Etoundi Maurice, alias Dolars, âgé de 29 ans.

Prenant la parole après les avoir présentés à la presse nationale et internationale, Evina, commissaire divisionnaire chargé de diligenter cette enquête, explique: “Il s’agit d’un gang qui opérait dans la ville de Yaoundé, et ce sont, d’ailleurs, tous des repris de justice qui sont connus dans nos fichiers, qui ont pu se reconstituer après leur sortie et ont semé la terreur dans la ville de Yaoundé pendant un moment. Grâce à une intervention énergique de la police, nous avons pu mettre la main sur eux”.

Devant les médias, le chef de gang raconte avec froideur: “Je suis arrivé lorsqu’il garait son véhicule alors que je lui ai demandé de me donner l’argent, il m’a fait comprendre que je ne pouvais pas. On a fait le tour de la voiture, il avait sa main derrière. Pour l’effrayer, j’ai tiré une balle entre ses pieds, et il m’a dit en dialecte que je ne peux rien. Les gens ont commencé à ouvrir leurs portes. En voulant m’échapper, j’ai tiré une balle en l’air. Cette balle l’a touché”. En outre, ce gang est accusé d’avoir participé au cambriolage dans la résidence de Touna Mama, Conseiller technique à la Primature, et au braquage des personnalités de la scène publique au rang desquelles figure, par exemple, l’abbé Félix Désiré Amougou, porte-parole de l’archidiocèse de Yaoundé et curé de la paroisse Sainte Trinité de Nsam, qui a reçu une balle au niveau de la poitrine au domicile de François Mballa Mekongo au quartier Odza. Ce prêtre a été opéré, avec succès, au Centre des urgences de Yaoundé, où il a été transporté tard dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 novembre 2018. De sources médicales, les balles ont été extraites. Deux interventions chirurgicales ont été faites sur ce confrère sans couacs. Actuellement, l’abbé Amougou est hors de danger et est même sorti de l’hôpital. Il respire bien et parle sans problème. Ernest Obama, Directeur général de la chaîne de télévision locale “Vision 4” a aussi été victime d’une agression à mains armées le 11 novembre 2018 à son domicile. D’autres noms des hommes publics visés par ces “agressions ciblées” sont, chose curieuse, cités par le bi-hebdomadaire “Essingan” (2018:4), paru hier (mardi, 27 novembre 2018), à l’instar de Claude Abe, Socio-politiste et enseignant à l’Université catholique d’Afrique centrale (Ucac) du campus de Nkolbisson.

Le Don King
Mot à wou à wou!

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here